SOMMAIRE | Documents internes


mercredi 13 juin 2007

Tâches politico-pratiques d’une bibliothèque socialiste
1972

« Cinq difficultés pour écrire la vérité :
  Le courage d’écrire la vérité
  L’intelligence de reconnaître la vérité
  L’art de faire de la vérité une arme maniable
  Le discernement pour choisir ceux entre les mains de qui la vérité devient efficace
  La ruse pour répandre la vérité parmi le grand nombre. »

Bertolt Brecht.

Une Bibliothèque Socialiste bien menée ne comble pas seulement un vide théorique mais aussi un vide politique et organisationnel. Il ne s’agit pas seulement de connaître la vérité et d’oser la dire avec suffisamment de ruse et de sens commun, mais il s’agit de l’art d’en faire une arme maniable. Le vide politique et organisationnel à combler se situe tant au niveau du mouvement de masses qu’à celui de minorités révolutionnaires. Sa répercussion et ses objectifs ne se limitent pas au niveau local mais se situent au niveau de tout l’Etat espagnol et au niveau international.

Il ne s’agit pas seulement de diffuser des textes et de considérer qu’une conscience est ainsi donnée à la lutte ouvrière, hors d’elle. La lutte ouvrière acquiert une conscience révolutionnaire au cours de ses expériences de lutte. Concrètement, à Barcelone, les expériences accumulées jusqu’à aujourd’hui ont conduit la lutte ouvrière à vérifier maintes fois que les voies du réformisme ne sont pas viables.

Toutefois, une grande partie des opposants au réformisme et à sa représentation organisée, le P.C., se sont constitués en groupuscules aspirants à orienter et diriger le prolétariat dans sa lutte. Du fait de leur pratique sectaire qui les a isolés des masses et les a conduits à gâcher toutes leurs énergies dans des querelles internes et des luttes de chapelle, les groupuscules ont aussi vu se fermer leurs chemins. Après un an ou deux de fonctionnement stérile, une bonne partie des membres des groupuscules les ont abandonnés, déçus, au risque de se retrouver dispersés et isolés, tandis que ceux qui sont restés dans le groupuscule ont adopté des approches opportunistes qui les rapprochèrent toujours plus du réformisme du P.C.

Cette longue marche vers la crise du réformisme et des prétendus « avant-gardismes » a été difficile mais riche d’enseignements. Aujourd’hui, la lutte ouvrière va de l’avant en s’affrontant encore aux derniers râles du réformisme claudiquant et aux conséquences de la banqueroute de « l’avant-gardisme ». Face à cette situation, la mission d’accélérer les rythmes de développement de la lutte de classes, en éclairant les expériences passées et la pratique actuelle de la lutte au jour le jour, s’impose à tous les révolutionnaires. La pratique théorique en général, et la Bibliothèque Socialiste en particulier, est un élément fondamental pour mener à bien un tel éclaircissement et accélérer ainsi les rythmes du développement de la lutte de classes.

La pratique théorique qui se présente à nous se situe donc au-delà des approches sectaires et opportunistes de tout type, et en opposition radicale avec le réformisme. Il s’agit de dépoussiérer et de remettre au goût du jour le programme communiste, les textes classiques de la lutte de classes, les expériences révolutionnaires les plus instructives, en apportant en même temps les éléments valides pour l’analyse de la situation actuelle du capitalisme, et en rendant manifeste la relation de tous ces textes et apports avec la lutte de classes ici et maintenant.

Mais il ne s’agit pas d’une stratégie localiste et limitée. Le réformisme d’une part, et le sectarisme et l’opportunisme d’autre part, ne sont pas entrés en crise seulement à Barcelone mais aussi au niveau international. En ce sens, le développement d’une Bibliothèque Socialiste doit se concevoir comme faisant partie de toute la tâche d’éclaircissement de la pensée communiste qui est en train d’être menée de nos jours au niveau international et qui s’accompagne d’une radicalisation progressive des luttes de tout le prolétariat mondial.

En résumé, les objectifs politiques que le fonctionnement d’une Bibliothèque Socialiste radicalement révolutionnaire doit remplir sont :
  Renforcer et accélérer la radicalisation qui voit le jour dans le mouvement ouvrier de Barcelone, particulièrement au sein des Plataformas,
  Neutraliser toute sorte d’ingérence de la part de sectarismes et d’opportunismes qui essayent d’infiltrer la lutte de classes, en contribuant à long terme à faire entrer en crise de telles politiques,
  Fomenter le regroupement des révolutionnaires, aujourd’hui si dispersés et isolés, par le biais de la création de noyaux de communistes qui peuvent disposer de plateformes théoriques solides et cohérentes,
  Regrouper concrètement quelques-uns de ceux-ci autour d’un travail pratique dont la bonne marche de la Bibliothèque Socialiste a besoin,
  Etablir un instrument capable de resserrer les liens entre les révolutionnaires des différentes zones de l’Etat espagnol et de ses luttes de classes,
  Démontrer la non-viabilité des actions limitées à la légalité bourgeoise (réformismes) en défiant en permanence « l’establishment »,
  Contribuer, dans la mesure de nos possibilités, à l’avancée de la lutte révolutionnaire internationale par le biais d’une expérience d’un nouveau type, etc.

Barcelone, octobre 1972.


Tareas político-prácticas de una biblioteca socialista